Connect with us

Hi, what are you looking for?

A la une

23 médailles d’or sur 30, en 10 ans : Sénégal, Citadelle Imprenable aux tournois de la CEDEAO

Entre 2012 et 2021, le Sénégal a plané sur les tournois de la CEDEAO qu’il a organisés, en gagnant 76% des médailles d’or globalement en jeu.

Si le Sénégal avait régulièrement organisé le rendez-vous de la Sous-région, entre 2012 et 2021, on aurait comptabilisé dix éditions. Mais, puisqu’il n’y a pas eu de compétition à Dakar en 2014, 2016, 2018, 2019 et 2020, pour une raison ou une autre, seules cinq éditions ont pu être organisées. Et comme six médailles d’or (autant de médailles d’argent et de bronze) sont en jeu lors de chaque édition (1 par équipe et 5 individuelles), 30 ont globalement été distribuées pendant ces cinq tournois de la CEDEAO, à Dakar.

Le Niger, 2e avec 4 médailles d’or

Et, sur ces 30 médailles, toutes les 23 sont remportées par l’équipe nationale du Sénégal. C’est alors un taux de réussite de 76%. Derrière, c’est le Niger qui arrive en 2e position avec 4 médailles d’or. Ensuite, trois pays ont chacun eu une médaille d’or. Il s’agit du Nigéria, du Mali et de la Gambie.

Il faut préciser que, dans cette période, le Sénégal a chaque fois gagné la médaille d’or par équipe. La différence se faisait, donc, au niveau des catégories de poids

2012 : Seul Moussa Fall rate l’or

Le Sénégal avait perdu sa seule médaille d’or en catégorie, au niveau des 76 kilos, avec Moussa Fall. En 66 kg, le petit Cheikh Ndiaye avait réussi à enlever l’or devant le Nigérien Issia Oumarou. Pour les 86 kg, le néophyte Mamadou Gaskell Diamé s’était imposé devant l’autre Nigérien Yacouba Adamou. Dans la catégorie des 100 kg, Fodé Sarr s’était encore paré de l’or en dominant, en finale, un autre Nigérien, Saley Daouda en l’occurrence. Et, pour terminer en beauté, Saliou Diomaye Diouf alias Usine Doolé avait enlevé la 4ème et dernière médaille d’or individuelle, face à Opiah Sunday du Nigéria.

2013 : Oumar Diouané et Fodé Sarr perdent l’or

La finale de la catégorie des 66 kilos avait vu Moussa Faye prendre le dessus sur le Burkinabé Doh L. Frederic. Les 3èmes et 4èmes places avaient mis aux prises la Gambie (Famara Diédhiou) et le Togo (Agbo Koudjo).

En ½ finale de la catégorie des 76 kilos, le Bissau-guinéen Midana Augusto avait battu le Sénégalais Oumar Diouané. En finale, le Nigérien Ibrahima Tassiou dominait Midana Augusto et remportait la médaille d’or.

Dans la catégorie des 86 kilos, le Sénégalais Birama Ndour s’était imposé devant le Nigérien Adamou Yacouba. En 3ème et 4ème places, il y avait eu une opposition entre le Nigéria et le Bénin

En 100 kilos, on avait assisté à l’élimination du Sénégalais Fodé Sarr par le Nigérian Sinivie Boltic, cet athlète qui faisait partie de l’équipe olympique. Mais il sera battu en finale par le Malien Abdoulaye Sanogo. En 120 kilos, le Sénégalais Thiaka Faye avait remporté ses deux combats contre la Côte d’Ivoire et le Nigéria. Pour la médaille d’or, il affrontait en finale le Nigérien Abdou Labo Sabo qui avait sorti ses adversaires de la Guinée Bissau et de la Gambie. Et c’est bien le Baobab de Koungkoung qui avait eu le dernier mot

2015 : Mamadou Faye manque à l’appel

Si Moussa Faye avait encore raflé la médaille d’or dans sa catégorie en battant, en finale, le lutteur nigérian, ce ne fut point le cas pour Mamadou Faye, éliminé par le Nigérien Mansour Issa. D’ailleurs, c’est ce Mansour Issa qui avait remporté la médaille d’or, en 76 kilos, devant le Nigérian Jordan Jor. Le Sénégalais s’était contenté de la 3ème place avec la médaille de bronze.

En 86 kilos, Cheikh Tidiane Niang alias Kor Fatou, suite à ses victoires devant les lutteurs du Mali, de la Guinée Bissau, du Nigéria et du Niger, était monté sur la plus haute marche du podium, laissant la médaille d’argent au Niger.

Arriva ensuite la compétition en 100 kilos, où le Sénégalais Reug Reug avait encore fait ses reugreugueries. En finale, il avait effacé le fameux Yacouba Adamou du Niger, très technique et très expérimenté.

Comme l’Extraterrestre, Fodé Sarr avait aussi remporté la médaille d’or des poids lourds, en se passant, en finale, du lutteur nigérien. Auparavant, Fodé avait éliminé les lutteurs du Ghana et du Mali.

2017 : Oumar Diouané et Cheikh Tidiane Niang tombent

Moussa Faye, encore lui, était sorti premier dans sa catégorie des 66 kilos, après des victoires successives devant le Nigérian Zuwerphin Arafa, le Togolais Koudjo, le teigneux Bissau-Guinéen et, enfin, le Nigérien Alimiyaou Mohamadou.

Au niveau des 76 kilos, le Sénégalais oumar Diouané avait été battu,  en demi-finale, par le Gambien Joof Assan, futur médaillé d’or. Il avait battu, en finale, le Bissau-Guinéen Celestino Dafa, lui-même vainqueur du Nigérian Agiomor Ekerekeme, en ½ finale.

Cheikh Tidiane Niang n’avait pu faire mieux qu’Oumar Diouané, éliminé qu’il a été en ¼ de finale par le Nigérian Bibo Melvin. En finale, le Nigérien avait pris le meilleur sur le Burkinabé, offrant alors à son pays sa seule médaille d’or dans ce tournoi-là.

Au niveau des 100 kilos, le Sénégalais Mouhamadou Moustapha Sène dit Sélé Mélé était simplement le meilleur. Il avait successivement dominé le Burkinabé, l’Ivoirien puis le Togolais Kozon. En finale, il avait surclassé le Gambien Mboge Babacar. Mais celui-ci, qui considérait que son adversaire avait d’abord posé une fesse avant de réussir un retourné de feu, avait déposé un recours qui n’a pu empêcher de confirmer la victoire du Sénégalais.

En 120 kilos, le Sénégalais Reug Reug n’avait pas eu besoin de forcer son talent pour se défaire du Gambien Sallah Dam, alors pensionnaire de l’écurie Xam Sa Cossan en banlieue dakaroise. Après sa victoire en demi-finale devant le Béninois Ikouayou Martial, le Gambien avait pourtant promis de battre Reug Reug en finale. Mais à l’arrivée, il n’y avait pas eu combat.

2021 : la fausse note Boy Faye

Moussa Faye (Sénégal) devant Wotna Sangum (Guinée Bissau), Ngor Niakh (Sénégal) face à Julio Armando (Guinée Bissau), Ansou Khady Ndour dit Gandia Fama (Sénégal) contre Ekerekemie Ogiomor (Nigeria) et Ordinateur (Sénégal) devant Babacar Mbodj dit Arobase (Gambie) ont tous remporté la médaille d’or dans leurs catégories respectives.

La seule fausse note est venue de Mouhamed Bousso alias Boy Faye, éliminé en ¼ de finale par le Nigérien Abdou Kadri dit Issiaka Issiaka. D’ailleurs, c’est lui, le Lion de Dosso, qui remporte la médaille d’or devant Kawane Romaric (Burkina)

Abou NDOUR

Répartition des médailles d’or de 2012 à 2021

Sénégal : 23

Niger : 4

Nigéria : 1

Gambie : 1

Mali : 1

Xxxxxxxxxxxxxxxx

Médailles d’or par édition

2012 : 12-14 juillet

Sénégal : 5 médailles d’or et 1 d’argent

Nigéria : 1 or, 1 argent et 2 de bronze

2013 : 27-29 juin

Sénégal : 4 médailles d’or et 1 de bronze

Niger : 1 or et 3 d’argent

Mali : 1 or

2015 : 9-11 octobre

Sénégal : 5 médailles d’or et 1 de bronze

Niger : 1 or et 4 d’argent

2017 : 12-14 mai

Sénégal : 4 médailles d’or et 1 de bronze

Gambie : 1 or, 2 d’argent et 1 de bronze

Niger : 1 or et 2 d’argent

2021 : 4-6 novembre

Sénégal : 5 médailles d’or

Niger : 1 or, 1 argent 4 bronze

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez également aimer

A la une

Après sa victoire par disqualification, Bombardier vient de battre Balla une deuxième fois, après recours. Le juge central du combat, Sitor Ndour, avait donné...

A la une

Les déceptions se suivent pour la sélection régionale de Diourbel. Après avoir perdu deux éléments de valeur que sont Gandia Fama et Radiakhé, voilà...

A la une

Coach français de Bombardier, Luc Estienne revient sur la préparation de son poulain et ses attentes dans ce combat contre Balla Gaye 2, le...

A la une

C’est à croire qu’aucun détail n’a été laissé au hasard dans la préparation de la sélection de Dakar. En plus d’avoir passé plus de...