Connect with us

Hi, what are you looking for?

A la une

La CAN de… Bira Sène : « Ne pas exposer Sadio Mané, plutôt le diluer dans le collectif »

Leur connaissance de la lutte ne fait certes plus l’ombre d’un doute. Mais, dans cette rubrique intitulée la CAN de…, lesarenestv.com donne la parole aux différents acteurs du sport de chez nous pour tester leur connaissance du foot et du ballon rond.

Après le match du Sénégal de cet après-midi, que savez-vous des statistiques des rencontres Sénégal – Cap-Vert ?

Je crois que c’était la 6e rencontre et on a chaque fois gagné (rires). Non, avec les matches Amical Cabral et tous les matches internationaux, on doit en être à quinze rencontres (c’est plutôt 20 rencontres : 16 victoires pour le Sénégal, contre 2 défaites et 2 nuls)

Le Sénégal a montré de la création au milieu du terrain, sans Cheikhou Kouyaté absent à cause d’un cumul de cartons. Ce dernier doit-il revenir comme titulaire, selon vous ?

Il doit revenir, mais avec plus de mordant. Il nous faut un moteur, un relanceur. Les ballons qu’on balance en sautant le milieu, je n’aime pas trop ; surtout quand on est en supériorité numérique comme c’était le cas aujourd’hui. On a gagné dans la douleur. Mais une victoire reste une victoire. Il faut quand même rassurer le peuple.

3 buts marqués par le Sénégal en 4 matches. Que préférez-vous entre le fait de marquer peu et le fait de ne pas encaisser de but ?

Les deux à la fois. Il faut beaucoup marquer tout en gardant sa cage vierge. Quand on marque beaucoup et qu’on encaisse en même temps, on ne résout pas le problème.

C’est encore Sadio qui a débloqué la situation pour le Sénégal. Peut-on parler de Sadio-dépendance ?

Il y a effectivement de la Sadio-dépendance. Parfois, on le voit assez fatigué. Il s’efforce de faire tout le boulot. Le football d’aujourd’hui, ce n’est plus ça. Que Sadio se dilue dans le collectif et qu’on lui donne de bons ballons. Il ne faut pas l’exposer. J’étais pressé qu’il sorte, après le choc violent qu’il a eu avec le gardien.

Qu’est-ce qui, selon vous, a changé dans la façon de jouer des Lions aujourd’hui ?

C’est vrai qu’il y a eu un tout petit peu d’animation. C’est dû à un état d’esprit. Qui compte beaucoup dans ces genres de match. Les joueurs sont rentrés dans le terrain libérés et relax, en particulier parce qu’il y avait un ascendant psychologique favorable. Mais on a commencé à douter pour n’avoir pas marqué après les dix premières minutes. Il ne fallait pas. Le Cap-Vert est un adversaire à notre portée. Ils ont pris confiance.

Comment envisagez-vous l’avenir d’Aliou Cissé à la tête de l’équipe nationale ?

Aliou est un garçon qui a de la hargne. Il est rigoureux. Mais j’estime qu’il doit travailler davantage avec les gosses. Qu’il s’amuse avec eux afin qu’ils fassent comme ils font dans leurs clubs. Il faut leur parler, les calmer. Cela relève de la pédagogie pour que les joueurs fassent ce qu’ils savent faire de mieux. Il faut qu’il mette le turbo.

Abou NDOUR

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez également aimer

A la une

L’organisateur des combats MMA à Lyon, Eric Favre, vient d’expliquer l’absence des lutteurs comme Tapha Tine en France par le fait qu’on leur a...

A la une

Boy Niang est arrivé à l’Arène nationale avec un retard de 23 minutes, soit une sanction de 230.000. Le Pikinois a aussi eu un...

A la une

Officieusement leader de la grande écurie Lansar, Siteu a réussi à faire oublier de grands noms tels Feugueleu, Ness, Tidiane Faye. Et le poulain...

A la une

Fils de Double Less et jeune frère de Balla Gaye 2, Sa Thiès est auteur d’un parcours, en treize ans, qui est celui d’un...