Connect with us

Hi, what are you looking for?

A la une

Les acteurs de la lutte simple analysent les nouvelles mesures du CNG

Comme en lutte avec frappe, les acteurs de la lutte sans frappe ont des avis sur les nouvelles mesures du CNG, les concernant. Lesarenestv.com leur donne la parole.

Saliou Diouf, président Amalda

« Il faut harmoniser les mesures »

« Par rapport à la pesée de 10h à 15h, je pense surtout aux lutteurs qui viennent des villages assez lointains. Si les combats démarrent à 16h30, le promoteur peut avoir des problèmes. En effet, les parrains ont l’habitude de ne se présenter que la nuit. Aussi, les amateurs vont souvent au travail. Je pense que 17h00 pourrait être une bonne heure puisque les galas durent entre 2h et 3h. Concernant les villages, j’estime que c’est une bonne heure car la lumière fait souvent défaut. Au village, nos pères et grands-pères ne suivent plus la lutte à cause de la fin tardive. Cependant, il faut harmoniser les mesures. Le CNG est une seule entité et a des compétences nationales. Il n’est pas question qu’il y ait deux règlements différents entre Dakar et les régions. Au passage, je salue les amateurs pour leur discipline renouvelée. »

Ordinateur, lutteur

« Pour le début à 16h30, je suis entièrement d’accord, mais… »

« Si le lutteur peut envoyer sa licence et s’inscrire, je ne vois pas d’inconvénient à ce que les inscriptions et pesées démarrent à 10h. Mais si la présence physique est obligatoire, il y a problème. Par exemple, s’il faut quitter Niakhar pour un gala à Passy, on a besoin de recul et de temps pour se préparer et se reposer avant le démarrage des combats. Je suis d’accord qu’on commence tôt les galas de lutte. Pour le début à 16h30, je suis entièrement d’accord. »

Makhphou Diouf, président association Seereer Refum

« 16h30 à Dakar, mais à réaménager dans les régions »

« En tant que président de l’association Seereer Refum et amateur de longue date, j’estime que le règlement est un avantage pour Dakar qui a sa particularité. Par contre, je ne suis pas d’accord pour la stricte application dans les régions. Il y a des galas dits traditionnels pour lesquels, je suis d’avis qu’on laisse le règlement tel quel. En revanche, pour un promoteur étranger qui vient miser 2 ou 3 millions, ce règlement peut bien s’appliquer à lui.

Par rapport à la pesée, je cautionne la mesure. Quand un gala se termine tôt, c’est un avantage aussi bien pour les amateurs que pour les lutteurs. »

Ablaye Diop, promoteur de lutte simple

« Démarrer à 17h30 plutôt qu’à 16h30 »

« Pour la pesée, c’est presque ce qui était jusqu’ici  appliqué, même si ce n’était pas écrit sur papier. Même à Adrien Senghor, des lutteurs se présentaient souvent à cette heure. Mais, commencer le début des combats à 16h30, je trouve que c’est trop tôt. On peut commencer à 17h30 au plus tôt, pour terminer à 21h au plus tard. Même le dimanche, il y a des amateurs qui vont travailler. Commencer à 16h30, ce n’est plus l’avantage du promoteur mais juste pour commencer tôt. »

Doudou Faye, président ANALS

« Oui pour 16h30, mais tenir compte des spécificités »

« Après avoir écouté le président du CNG, j’apprécie globalement les mesures. Je suis entièrement pour le début à 16h30. Seulement, je demande à Bira de s’ouvrir aux acteurs avant de prendre des décisions de ce genre. Cela lui évitera des affrontements et autres. Je lui demande solennellement d’échanger plus avec les concernés. Dans les villages, nos papas ne suivent plus les galas à cause de leur fin tardive. Il est vrai que le CNG est là pour toutes les régions, comme il l’a dit. Mais il faut tenir compte des spécificités des différentes localités. Nous n’avons pas été associés à la prise de décision. C’est juste à travers une vidéo dans lesarenestv que nous avons vu le président Bira expliquer en long et en large ces nouvelles mesures. »

Abou NDOUR

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous pouvez également aimer

A la une

Après sa victoire par disqualification, Bombardier vient de battre Balla une deuxième fois, après recours. Le juge central du combat, Sitor Ndour, avait donné...

A la une

Les déceptions se suivent pour la sélection régionale de Diourbel. Après avoir perdu deux éléments de valeur que sont Gandia Fama et Radiakhé, voilà...

A la une

Coach français de Bombardier, Luc Estienne revient sur la préparation de son poulain et ses attentes dans ce combat contre Balla Gaye 2, le...

A la une

C’est à croire qu’aucun détail n’a été laissé au hasard dans la préparation de la sélection de Dakar. En plus d’avoir passé plus de...