Connect with us

Hi, what are you looking for?

A la une

Rencontre CNG et lutte sans frappe : entre tensions vives et répliques acerbes du CNG

La rencontre entre le CNG et les acteurs de la lutte sans frappe a effectivement eu lieu, ce jeudi 29 Septembre 2022, au CNG. Convoquée à 16h, elle n’a accusé que 18 minutes de retard.

Du côté du CNG, il y avait le Président Bira ; le 2e vice-Président chargé de la lutte simple, Manga 2 ; le Directeur administratif, Ndiamé Diop ; le Président de la CRD, Souleymane Boun Daouda Diop et le Président de la CCA, Sitor Ndour.

Licences, Dispatching des mises, prérogatives de Manga… au menu

Bien des points ont été débattus au cours de la réunion. Le prix des licences, la confection des licences au gala d’ouverture de Diak’s que d’aucuns ne voulaient pas, la pesée, la simultanéité des galas entre Adrien Senghor et Iba Mar Diop par exemple. Bref, ce sont les mêmes points dont on parle depuis des années qui ont encore été remis au goût du jour.

Certains des participants à la rencontre ont posé le problème des prérogatives de Manga 2 qui, selon eux, « n’a pas la considération qui lui revient de droit au CNG ». Quelqu’un, Gorgorlou en l’occurrence, a même reproché au CNG d’avoir trouvé un accord avec Diak’s pour la confection des licences, samedi 1er Octobre, « à l’insu de Manga 2 qui gère la lutte simple ». Mais, sur ce point, on a vu un Président du CNG très ferme et très autoritaire. « Il faut savoir raison garder et ne pas évoquer des choses que vous ne maitrisez point. Que chacun reste à sa place », a-t-il clarifié. Et Souleymane Boune Daouda de renchérir en disant que « Nous avons beaucoup de respect pour Manga 2 et nous acceptons beaucoup de choses en reconnaissance à sa personnalité et à son parcours. Mais, sachez que quand le Président est là, personne d’autre n’existe plus. Il est la personne morale. Quand il y a problème, c’est à lui qu’on demande des comptes et à personne d’autre. Pas à Meissa ou à Manga 2. Ceux qui nous attendent dans les détails ne nous y trouveront pas ».

Même Ndiamé Diop, d’ordinaire très calme et réservé, a élevé la voix pour s’en prendre à Mamecor Gorgorlou. « Ce que je devais traiter avec Manga, je l’ai traité avec lui. L’affaire des licences concernant le gala de Diak’s est une affaire administrative et je l’ai traitée directement avec le promoteur. Même si je reconnais devoir rendre compte au Président Bira Sène. Tu ne maitrises absolument rien de ce que tu dis. »

En définitive, c’était une réunion très instructive qui a renseigné sur bien des divergences entre acteurs de la lutte simple. Mais, tout en étant très réceptifs, Bira et son équipe ont été tout aussi fermes.

Abou NDOUR

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez également aimer

A la une

L’organisateur des combats MMA à Lyon, Eric Favre, vient d’expliquer l’absence des lutteurs comme Tapha Tine en France par le fait qu’on leur a...

A la une

Boy Niang est arrivé à l’Arène nationale avec un retard de 23 minutes, soit une sanction de 230.000. Le Pikinois a aussi eu un...

A la une

Officieusement leader de la grande écurie Lansar, Siteu a réussi à faire oublier de grands noms tels Feugueleu, Ness, Tidiane Faye. Et le poulain...

A la une

Fils de Double Less et jeune frère de Balla Gaye 2, Sa Thiès est auteur d’un parcours, en treize ans, qui est celui d’un...