Connect with us

Hi, what are you looking for?

A la une

Sitor, Malick et Babacar : les arbitres dissèquent la victoire des Lions et traquent l’Equateur

Ils excellent dans les enceintes, aux côtés des lutteurs. Mais les arbitres ne sont pas bons qu’avec le sifflet à la bouche pour juger les athlètes aux nguimb. Ils sont aussi de grands connaisseurs du foot. La preuve par les analyses très pointues faites ici par Sitor Ndour, Babacar Diop et Malick Ngom.

Sitor Ndour, Président de la CCA 

« On se cherche encore, on ne change pas… »

« On a senti une nette amélioration par rapport au premier match du Sénégal. On ne sent pas qu’il y a une équipe type. On se cherche encore. On ne change pas une défense comme cela. Il faut une urgence pour cela. C’est pendant la domination du Qatar qu’on a fait un changement au niveau de la défense. C’est des risques à prendre. Les changements ont payé en attaque. Chaque fois qu’on arrive dans le dernier tiers et qu’on tente des choses, on peut avoir des résultats. La seule fois qu’on a osé attaquer, on a eu un but. A un certain niveau, il faut oser. On souhaite bonne chance à l’équipe pour le reste. Que la finale de la poule nous porte chance. Lliman Ndiaye a surpris plus d’un puisqu’on ne l’a pas vu souvent à l’œuvre, excepté lors d’un match amical. Pour ce qui est considéré comme la finale de la poule, on souhaite bonne chance à l’équipe nationale. »

Malick Ngom, responsable de la lutte simple

« Nous avons encaissé un but parce que… »

« Nous avons vécu le match avec beaucoup de pression. Il fallait impérativement gagner. Et manœuvrer une équipe organisatrice n’est pas évident, quel que soit le niveau de ses joueurs. Le Sénégal a encaissé un but parce qu’il y avait un repositionnement, avec la sortie de Jakobs. Avant qu’Abdou Diallo ne prenne ses marques comme latéral (il a débuté dans l’axe, avec Koulibaly, ndlr), on a pris le but. Aussi, Koulibaly a été devancé par l’attaquant qui a su placer une tête. On comprend bien le remplacement de Jakobs qui, avec un 2e carton jaune, manquerait la « finale » de la poule contre l’Equateur. L’autre satisfaction, c’est Edouard Mendy à qui on avait reproché une lenteur dans le 1er but contre la Hollande. Mais hier (vendredi 25 novembre 2022, ndlr), il a réussi des sauvetages loin d’être évidents. Il nous a sorti un  match de titan. J’ai été d’ailleurs surpris de ne pas le voir homme du match. Par ailleurs, Lliman Ndiaye, avec son entrée, a montré qu’il est le remplaçant idéal de Sadio Mané. Il sait porter le ballon et transcender le lien entre le milieu et l’attaque. On doit lui donner plus de temps de jeu pour voir ce qu’il peut apporter. Contre l’Equateur, il faut mettre tous les atouts de notre côté pour gagner, quelque que soit la manière. Je prie pour qu’il n’y ait pas de blessé d’ici là. Et que les Dieux du foot soient avec le Sénégal. »

Babacar Diop, chargé de la lutte avec frappe

« Ce qu’il nous faut pour battre l’Equateur »

« Je te remercie de m’avoir interpellé pour une analyse du match d’hier. Une analyse que je vais faire en deux axes. D’abord, on voulait la gagne, on l’a eue. C’est un motif de satisfaction. Ensuite, pour ce qui est du jeu, on n’a pas encore de satisfaction. Avec l’arrivée de Lliman et Bamba Dieng, on a senti une amélioration sur le plan de l’animation. Contre l’Equateur, le moral sera déterminant. Nous devons avoir une équipe très forte, une animation de jeu relevée et un comportement individuel des joueurs. Qu’ils soient très concentrés ! On salue la réaction d’Edouard Mendy qui s’en est bien sorti. Que les joueurs soient à ce niveau de performance pour le reste de la compétition. »

Abou NDOUR

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez également aimer

A la une

L’organisateur des combats MMA à Lyon, Eric Favre, vient d’expliquer l’absence des lutteurs comme Tapha Tine en France par le fait qu’on leur a...

A la une

Boy Niang est arrivé à l’Arène nationale avec un retard de 23 minutes, soit une sanction de 230.000. Le Pikinois a aussi eu un...

A la une

Officieusement leader de la grande écurie Lansar, Siteu a réussi à faire oublier de grands noms tels Feugueleu, Ness, Tidiane Faye. Et le poulain...

A la une

Fils de Double Less et jeune frère de Balla Gaye 2, Sa Thiès est auteur d’un parcours, en treize ans, qui est celui d’un...